Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2005 1 22 /08 /août /2005 00:00

Vendredi 12 août – Découverte de la danse bretonne

 

C’est la journée de l’atelier danse, au tribunal, après l’Afrique du Sud, et avant l’Uruguay le lendemain. Cela va occuper la journée (09h45–12h, puis 14h45–17h). Alain anime le stage, organisé par Zoran, un bénévole venu de Yougoslavie (c'est un ancien danseur du groupe de Spanac de Belgrade. Martine fut déléguée de son groupe en 1991, festival durant lequel il avait "repéré" une de ses amies et en 1994 son groupe fut de nouveau invité et cette fois-ci il est resté avec elle et se marièrent....Elle était déléguée de la Russie. Merci à Martine pour ces précisions)
                  Quatre danseurs l’accompagnent pour monter les danses. Au programme : des danses en double front (dañs dreger, dañs leon, scottish), de la gavotte et quelques danses de Haute-Bretagne.

Tous ceux qui ne sont pas mobilisés en profitent pour s’occuper de leur linge ou se promener.

 

Julie, Alice, Anaelle, Laura, Alexia, Liza, Morgane et Anne-Hélène sur le pont-vieux.

                                         Les filles devant le tribunal

A midi, une délégation se rend à la réception chez Henri Coursaget. Le Président invite les responsables de groupes chez lui, dans sa maison sur les hauteurs de Confolens. C’est une garden-party dans une ambiance très détendue. On prend l’apéro et on grignote en discutant avec les autres groupes et les gens du festival.

Pendant ce temps-là, Alain et les danseurs déjeunent avec les stagiaires pour poursuivre la réflexion sur la danse et discuter de ce qui a été fait le matin.

Avant de reprendre le stage, Alain et les musiciens se rendent aux locaux de France Bleu pour une interview et un peu de musique en direct.

En fin de journée, l’ensemble des danseurs et les musiciens rejoint le tribunal pour faire, avec les stagiaires, un bilan du travail de la journée. Toutes les danses sont reprises à la suite. On montre aussi deux chorégraphies (la suite de Poullaouen et le solo d’Anthony) pour faire comprendre les différentes exploitations que l’on peut en faire pour un passage à la scène.

 

De 20h à 21h, les musiciens font une animation pré-spectacle rue Saint Maxime, devant l’église. Le curé nous invite ensuite à goûter son pineau au presbytère. On boit un verre dans le jardin, en compagnie de ses voisins et d’un prêtre coréen de passage à Confolens, puis tout le monde part se changer pour aller voir le concert des « Yeux noirs ».

Zoom sur… Les amis

Confolens fut l’occasion de retrouver des amis. Ce sont souvent des membres de groupes français : les Jolivettes de Reims (visitez leur site en cliquant ici, pour leur blog, cliquez ici), les Pinaudrés d’Epinal (visitez leur site en cliquant ici). Ce sont des amateurs (il faut plutôt dire des « accros ») du festival de longue date. Ils y restent 10 jours et viennent tous les ans depuis 5, 10, 15 ans ou plus… Ils se retrouvent au camping de Confolens où ils ont fondé le square Henry Coursaget. C’est un endroit qui porte bien son nom puisqu’on y parle de danse et de musique en buvant un coup avec des amis.

Quelques danseurs des Jolivettes, lors de leur tournée en Roumanie

Certains d’entre eux constituent le noyau de notre « fan-club » (ce sont eux qui le disent !) hors de Bretagne. Ils se sont attachés à être présents à toutes les prestations que nous avons données au festival : spectacles, ateliers, animations et autres. Alors Jean-Marc, Aude, Christophe, Christine, Elodie, Pierre, Mathilde (et tous ceux que j’oublie de citer), un grand merci à vous pour votre gentillesse et l’amitié que vous nous faites de venir nous voir et de nous soutenir à chaque instant. Sans votre présence, le festival n’aurait pas été le même.

 

Bleuniadur à Confolens… vu par une spectatrice champenoise !

 

Tous les ans à Confolens, j’ai mon groupe « chouchou », que je le suive de festival en festival ou que je le découvre sur place. Cette année, j’avais rendez-vous avec la Bretagne. Rendez-vous pris de longue date d’ailleurs : depuis l’automne dernier à la réunion CIOFF de Saint-Maixent l’école et renouvelé lors du festival de Ham. Le clou de cette rencontre devait être la soirée mosaïque… hélas annulée, pour cause de festival raccourci.

 

Puisqu’ils étaient mes « chouchous » j’ai suivi les artistes de Bleuniadur un peu partout (ou presque ! pour le « partout », faudrait demander à Pierre !) : de quoi juger une fois encore de la qualité de ce groupe, quelle que soit la prestation offerte.

 

                Mercredi soir, spectacle d’ouverture…. Passage des Bretons : silence dans le rang rémois, on retient notre souffle, on est avec vous… pour finir dans un tonnerre d’applaudissement et un « weh ! » enthousiaste de maman. Et voilà, une fois encore nous sommes conquis !

 

               Jeudi : 2 prestations dans la journée, chic alors ! Regard attentif, pour essayer – mission impossible ! – de ne perdre aucun détail de vos pas, de vos déplacements. On commence à essayer de chercher, sous les coiffes, les visages croisés en civil.

 

                Vendredi : c’est LA journée tant attendue ! Aujourd’hui, on apprend à danser avec Bleuniadur ! On se sent tout petit devant Alain, on est tout sage et appliqué. Pause de midi fort sympa : entre filles, on parle chiffon ou plutôt amidon. Où l’on découvre que la Bretagne est quand même française : bretonne ou champenoise, on en bave autant pour amidonner nos coiffes ! Fin de journée très instructive : explication d’une chorégraphie par Alain.

 

                Samedi : concert de musique bretonne à l’église. Pour cause de sieste je n’y ai pas assisté. Mais il y avait des Rémois dans les rangs, et ils ont apprécié ! 19h au camping : Alain, Fabrice et Eric nous rejoignent pour l’apéro, rituel festivalier de Confolens ! (Tiens, pour le champagne aussi, les Bretons sont bien contents d’être français !;-)) Le soir au cabaret, Bleuniadur danse, et nous avec…. Vive les bals et les soirées détendues !

 

                Dimanche : le matin, dans un silence religieux, nous assistons à une répétition. Après-midi danse pour mettre en pratique les acquis du stage. Ou comment se retrouver à danser une suite trégoroise avec un sud africain qui n’a pas la moindre idée de ce que c’est pendant qu’Anthony demande à Solenn de venir danser avec le dit sud-africain pour lui montrer…. (En espérant ne pas me tromper dans les prénoms !)

                 En bons fans, nous avons acheté nos t-shirts « Bleuniadur » (mais j’y pense ! nous sommes de faux fans, on n’a même pas demandé d’autographe !!!!)

                Le soir dans les rues… Pierre et moi à danser parmi vous… on aurait presque fait illusion, non ?

 

               

                Lundi : c’est déjà fini… on vous regarde l’après-midi et le soir. Maintenant, on met des noms sur les visages… on regarde danser des amis. Le rideau tombe sur ce festival, et debout dans les gradins, j’ai les larmes aux yeux. Je n’étais que spectatrice mais j’ai un peu vécu ce festival de l’intérieur grâce à vous. Dans nos applaudissements, il y a une part spéciale qui vous est réservée, alors que dans le ciel de Confolens s’épanouit un feu d’artifice.

 

                A très bientôt, n’en doutons pas ! 

 

Elodie,

Festivalière comblée, qui revient un peu plus riche dans sa Champagne

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires