Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 16:02

Le Ministère de la Culture a sélectionné Bleuniadur pour être l’un des premiers groupes à bénéficier d’un nouveau dispositif créé cette année, le « Tutorat d’accès au répertoire chorégraphique ».

L’objectif de ce dispositif est de soutenir les groupes amateurs dans leur accès au répertoire par l’intervention d’un professionnel de la danse. Il ne s’agit pas simplement d’acquérir de la technique de danse mais aussi de mieux connaître l'histoire de la danse et de la mettre en perspective dans l’environnement artistique et culturel.

Bleuniadur est l’un deux groupes de danse traditionnelle retenu, au niveau national, pour ce tutorat (félicitations à Empi-et-Riaume, nos amis de Romans sur Isère !) et a été sélectionné grâce à un projet original et ambitieux : confronter le répertoire ancien à une approche contemporaine.

Bleuniadur a, depuis ses débuts, associé une volonté de recherche de ses racines, en privilégiant l’authenticité des sources, à un regard porté vers la modernité et la création. Dans cette optique, l’objectif du projet est de mettre en scène, par un chorégraphe contemporain, le répertoire breton identifié comme étant le plus ancien : des passepieds et trihorys bretons du XVe siècle.

Le travail se fera en janvier, février et mars 2007, avec Naïk RAVIART, historienne de la danse, pour l’apprentissage du répertoire, et Nadège MACLEAY, chorégraphe, pour la mise en scène.

La gavotte (ou « dañs tro » de sa véritable appellation) et les passepieds sont, aux yeux du grand public, les fondements de la danse bretonne traditionnelle. Les formes de la danse pratiquée par les groupes bretons se rapportent, au mieux, essentiellement à la toute fin du XIXe siècle, et plus généralement aux années 1920-1930. De nombreux textes anciens attestent pourtant de formes spécifiques de ces danses bien avant cette date, mais on en ignorait beaucoup tant au niveau de la gestuelle que de l’agencement des suites. Il en était de même pour leur rapport à la musique.

Un manuscrit français décrivant ces danses remontant au XVe siècle (dans l’esprit de l’Orchésographie de Thoinot Arbeau) a récemment été découvert en Allemagne, ce qui constitue une immense avancée dans la mise en perspective historique du répertoire breton. Naïk RAVIART, historienne de la danse, spécialiste de danse ancienne (traditionnelle, Belle Danse et répertoire de la renaissance) a travaillé sur ce nouveau manuscrit et en a fait un décryptage.

 

Dans un premier temps, Naïk RAVIART va enseigner aux danseurs de Bleuniadur le résultat de ses recherches, c’est-à-dire le répertoire des passepieds de Basse Bretagne, des trihorys et autres Basses Danses de Bretagne et mettra en perspective ce nouveau répertoire avec les répertoires collectés lors des enquêtes de Jean-Michel Guilcher. Ce sera l’occasion d’approfondir le style et d’étudier les variations au plus près des sources au travers des enregistrements vidéos de Jean-Michel Guilcher et de ses notes de collectages.

                                                       Naik Raviart

 

A partir de l’ensemble du répertoire enseigné par Naïk Raviart, Bleuniadur va réaliser une production scénique mettant en œuvre ce répertoire afin de pouvoir le faire découvrir au public. C’est ici que la chorégraphe Nadège MACLEAY interviendra pour travailler sur une recherche gestuelle permettant d’aboutir à une pièce chorégraphique de création à partir des éléments traditionnels travaillés.

Cette création chorégraphique sera évidemment présentée lors des spectacles et des tournées estivales de Bleuniadur, mais aussi, en septembre lors d’un spectacle où tous les groupes ayant obtenu un tutorat national viendront présenter leur travail dans un haut lieu de la danse à Paris ou à Lyon.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Elodie 17/01/2007 20:39

Que de belles et intéressantes choses en perspective! Bravo pour ce tutorat :)Encore une fois Bleuniadur fait montre de son excellence, de son travail patient et précis, mais aussi de son originalité et de son inventivité!Au plaisir de vous revoir bientôt (Plozévet?)