Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 10:42

Bleuniadur. Deux salles combles

 

Sublime une fois de plus! C'est peu de dire que le public n'a pas été déçu lors des deux représentations de la nouvelle création de Bleuniadur, samedi et dimanche, à Sainte-Thérèse. Il a été enthousiaste et, pour tout dire, bluffé par le grand professionnalisme d'une troupe qui est le meilleur ambassadeur du pays léonard. Impressionnant, grandiose, émouvant aussi de voir tant de talents rassemblés, toutes générations mêlées, depuis les ados de Bleuniadur nevez jusqu'aux adultes confirmés. La création «Al leur nevez», portée par la direction artistique d'Alain Salou, témoigne d'un art consommé et confirme, s'il en avait été besoin, que la formation, bardée de médailles d'or, figure bel et bien au sommet de la hiérarchie chorégraphique.

Festif...

Le thème, celui du battage, emprunte certes à la culture quotidienne d'hier. C'est en dansant qu'on tassait l'argile: jeux, danses et chants ont ainsi revisité l'un des grands moments de la tradition dans les campagnes, quand le moment était venu de «faire une aire neuve». L'entrain des chorégraphes ? et il faut une condition physique solide pour un spectacle de près de 2heures30! ? exprimait le coeur mis alors à l'ouvrage. Engagés par le maître des lieux, les sonneurs invitaient à redoubler d'efforts. Virevoltant et bondissant dans un extraordinaire chassé-croisé de rubans, les danseuses, en solo ou ensemble, ont rappelé combien le travail collectif était aussi une fête. Puissance et majesté du bagad Plougastell, virtuosité des musiciens de Gwelloc'h, grâce et précision des chorégraphes... la soirée était un régal.

... et étourdissant

Ce n'est nullement un hasard si les représentations de Bleuniadur s'inscrivaient dans le cadre des Journées du patrimoine. Le spectacle invitait, en effet, à admirer, outre un répertoire rarement présenté, un ensemble étourdissant de plus de 500 costumes, répliques fidèles d'un art vestimentaire d'autrefois. Somptueux et grisant à en donner la chair de poule. Le ballet a raconté, dans un tourbillon de musique et de danse, un monde émouvant avec son quotidien et ses grandes occasions, sa solidarité et sa joie de vivre. Du grand, du très grand spectacle.

 

Le Télégramme - 24 septembre 2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires