Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2006 6 29 /04 /avril /2006 10:37

De 1996 à 2001, la collaboration entre Bleuniadur et le Bagad Plougastell a produit quelques grands moments de l'association bagad-cercle en Bretagne. Certaines des chorégraphies créées ensemble comme la Suite de l’Oust et du Lié ou la Suite de Gouézec font référence, aujourd’hui encore. On se souvient aussi des spectacles « E Tal an Tan » ou « S’il tombe, il se relève » et cette collaboration a été consacrée, à Carhaix en 2000, par le Trophée Bagadañs du meilleur ensemble bagad-cercle de Bretagne. C’est à Carhaix, au festival Bagadañs, que Bleuniadur et le Bagad Plougastell se retrouveront pour présenter leur nouvelle création le 14 juillet prochain.

Après quelques années durant lesquelles chaque groupe a mené de nouvelles expériences musicales ou scéniques chacun de son côté, Bleuniadur et le Bagad Plougastell se sont retrouvés pour un grand spectacle à Plougastell le 12 novembre dernier, au côté du Cercle Dañserien ar Vro Pourlet du Croisty et du Cercle Bleunioù Sivi de Plougastell. Cette création, la première du Bagad Plougastell, intitulée « Lusk ha Lamm » a remporté un vif succès et les groupes ont décidé de reconduire leur collaboration. Ils sont invités à présenter une partie de ce spectacle pour la clôture du festival Bagadañs.

Sur la musique du Bagad Plougastell, le Cercle du Croisty et Bleuniadur reprendront des suites de « Lusk ha Lamm », mais présenteront aussi de nouvelles créations qui seront données pour la première fois à Carhaix.

Outre une suite de gavottes du Bas-Léon, Bleuniadur présentera une Suite du Porzay (pays de Douarnenez et Locronan). Cette suite tient particulièrement à cœur au Bagad puisque le président est originaire de cette région. C’est une pièce musicale pleine de poésie qui, au fil des thèmes traditionnels, mélodies ou danses (gavotte, bals, jabadaos), se fait se croiser les ambiances sonores du pardon de Saint Anne La Palud et la légende emblématique du pays du Porzay : le mythe de la ville d’Ys. La chorégraphie s’est attachée à rendre en danse toute la richesse de la musique et des ambiances : magie de la ville d’Ys, violence de la mer et dualité de ce pays tiraillé entre sa foi et sa richesse. C’est une chorégraphie ambitieuse par sa longueur (15 minutes) ainsi que par son approche de la scène, qui mêle tradition et modernité. La danse présente à la fois une approche ethnographique en exposant des appuis anciens et peu connus des danses du Porzay et une approche créatrice en s’inspirant d’une gestuelle contemporaine à partir des tableaux représentant la chute de la ville d’Ys, notamment « La fuite du Roi Gradlon » d’Évariste-Vital Luminais (Musée des Beaux-Arts, Quimper).

Le spectacle s’achèvera par un grand final entre les trois groupes, avec une chorégraphie développant une dañs round du Pays Pagan et une gavotte du Pays Pourlet. Après avoir marqué le Bagadañs en 2000, les groupes souhaitent, par cette approche, aborder un nouveau tournant dans la présentation scénique associant un bagad et des ensembles de danse.

Partager cet article

Repost 0

commentaires