Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2005 3 23 /03 /mars /2005 00:00

Anthony Prigent a commencé son travail de tutorat chorégraphique avec Nadège MacLeay.

 

L’an dernier Anthony Prigent a présenté aux rencontres nationales chorégraphiques de la Fédération Française de Danse un solo intitulé « When Winter Comes… ». Cette pièce, dont la chorégraphie a été faite en collaboration avec Alain Salou, est l’histoire d’un Johnny qui traverse la Manche et est pris dans une tempête. Ce solo a obtenu une Médaille de Bronze et un Tutorat du Ministère de la Culture.

 

Un tutorat résulte généralement d’un coup de cœur du Jury, ou d’un membre du Jury pour la pièce présentée. Lors des rencontres nationales, le jury a apprécié le travail d’interprétation et l’énergie dégagée par la pièce. Quand les juges ressentent un potentiel qui pourrait être développé, ils proposent alors un tutorat. Le Ministère de la Culture offre une bourse pour financer 20 h de travail avec un chorégraphe professionnel.

 

La tutrice d’Anthony est Nadège MacLeay, danseuse et chorégraphe contemporaine formée à l’école Merce Cunningham. Elle habite à Paris et dirige une Compagnie basée à Reims. Elle est venue travailler à Saint-Pol-de-Léon le samedi 12 et le dimanche 13 février. Elle reviendra pour un week-end en avril.

 

Aucune consigne de travail n’est imposée pour un tutorat. L’orientation du travail est donnée par la personnalité, les besoins et les envies du lauréat et de son tuteur. Plutôt que de travailler sur « When Winter Comes… », Anthony et Nadège ont choisi d’entamer un nouveau travail, afin d’y faire se rencontrer le langage de chacun. La rencontre se fait autour d’une recherche gestuelle qui mêle la danse traditionnelle, la capoeira, les arts martiaux et les percussions. Nadège est intervenue pour travailler sur la qualité du mouvement, la qualité des appuis et le placement sur corps, notamment le rôle du dos dans la danse. La recherche dans l’écriture chorégraphique a été faite en utilisant une technique propre à l’école Cunningham : le mode aléatoire. On reprend des éléments qui étaient déjà écrits et on les mélange. Cela a permis de faire une recherche sur les liaisons afin de recréer une cohérence, avec des résultats inattendus.

 

Le solo résultant de ce travail sera d’abord présenté aux rencontres régionales de danse à Sarzeau le 14 mai, puis la pièce sera donnée en ouverture des rencontres nationales, avec les autres tutorats nationaux, à Reims le 2 juillet.

Partager cet article

Repost 0

commentaires